Les indices pensables. Episode 29, par Brunor

Index des chroniques

Vos atomes, avec ou sans intelligence ?

Résumé : Selon les atomistes, depuis Démocrite, on passe du Chaos (désordre) au Cosmos (organisé) sans aucune intelligence organisatrice puisqu’il n’y a pas de dieu. Les partisans de cette philosophie se disent rationalistes, mais ils ont  du mal à répondre aux critiques sévères que leur adresse l’autre courant de l’athéisme, celui des stoïciens. 

On peut toujours se dire athée, les difficultés commencent quand il s’agit de pousser la logique de cette posture philosophique. Il ne suffit pas de déclarer « je suis athée parce que je ne crois pas au dieu de la Bible ». Il faut pouvoir répondre à la grande question soulevée par Parménide : qu’est-ce qui a toujours existé ?
Si on refuse de répondre « QUELQU’UN a toujours existé : un ou plusieurs dieux », alors il ne reste qu’une réponse possible : « QUELQUE CHOSE a toujours existé, c’est l’Univers lui-même,  puisqu’il est là, et qu’il n’a pas pu naitre seul du néant car il n’a été créé par aucun dieu. »  Naissance du grand courant de philosophie matérialiste.
Nous pouvons constater que ce grand courant arrive jusqu’à nous sous trois formes différentes : Le matérialisme de Parménide, celui des atomistes et celui des stoïciens.  

Depuis plus de 2000 ans il était possible de croire à ces différentes formes d’athéisme. Aujourd’hui, il y a du nouveau. En effet, grâce aux progrès des sciences expérimentales, il devient possible de confronter ces pensées avec le réel, pour voir si elles sont encore compatibles avec la raison.

Nous savons déjà que le premier courant, celui de Parménide(1)  est devenu totalement irrationnel. Son matérialisme était fondé sur l’idée que les montagnes est les océans sont éternels. Nous savons aujourd’hui que ce n’est pas le cas, puisque la planète Terre elle-même n’est pas éternelle, elle a eu un commencement. Donc, cet athéisme-là était fondé sur une théorie totalement fausse. On ne peut plus y croire. Plus personne n’oserait affirmer que la Terre est éternelle, c’est trop connu : les informations scientifiques sont arrivées jusqu’au plus grand nombre. La connaissance nous épargne de tomber dans une fausse croyance.

La seconde forme de matérialisme est celle de Leucippe et Démocrite qui enseignent depuis plus de 2000 ans : ce sont les atomes qui sont éternels. Cette intuition est d’ailleurs  fondée  sur le thème des cycles d’Héraclite. Son aspect cyclique est compatible avec l’idée d’une genèse progressive de l’Univers… Une construction par étapes, ce qui est le cas. Car les « atomistes » d’hier et d’aujourd’hui nous expliquent que les atomes, en nombre infini dans un Chaos, se rencontrent par hasard, c’est-à-dire sans aucune intelligence organisatrice (définition de l’athéisme). C’est ainsi que vont naître (de leur rencontre fortuite) toutes les choses qui existent, y compris les organismes vivants : plantes, animaux, êtres humains.
Pour cette pensée, on passe du Chaos au Cosmos, du désordre à l’ordre, sans aucune intelligence organisatrice puisqu’aucun dieu n’intervient dans ce processus de constructions et de destructions successives. D’ailleurs, le thème des cycles «  Big Bang /Big Crunch » est directement hérité de l’option philosophique des cycles d’Héraclite.
On notera que cette philosophie atomiste est redevenue à la mode au milieu du XIX° siècle,  puisque c’est à elle que se sont rattachés les amis de Darwin, non pas du point de vue scientifique, mais du point de vue de l’interprétation philosophique (ce qui est sur un plan tout à fait différent).  Pour eux, le hasard partage avec la sélection naturelle la responsabilité de cette progression qui va du monocellulaire à l’être humain et qu’on appelle évolution. C’est une interprétation digne de la vénérable philosophie atomiste de Leucippe et Démocrite.
 (Nous ne disons pas qu’il n’y a pas de « hasard », nous demandons seulement si le « hasard » seul est capable de tant de choses. C’est une question à étudier.)

Pourtant d’autres penseurs vont oser s’opposer farouchement à cette théorie atomiste en déclarant : ce que vous dites est irrationnel !
Cette critique ne vient pas seulement des « religions » comme on pourrait le croire, mais de façon inattendue, elle vient de l’autre courant du matérialisme, celui des stoïciens de Zénon et de ses héritiers jusqu’à nos jours en passant par Spinoza, Leibniz et Diderot. Ils argumentent : votre croyance est irrationnelle, car elle pourrait, certes,  expliquer la formation des choses inertes comme des nuages de gaz ou des cailloux, mais elle est totalement incapable de rendre compte de l’apparition de la vie, et de la présence de la pensée et de la conscience… La vie et la pensée ne peuvent pas provenir de vos atomes qui ne sont pas vivants.
Nous les stoïciens, nous disons au contraire ceci : puisque nous voyons de la vie se manifester sur Terre, nous pensons que cette vie ne peut pas venir de rien, (elle n’est pas créé, elle ne nait pas toute seule du Néant). Donc, nous affirmons qu’elle a toujours été là, mais de façon cachée, à l’intérieur des atomes. Ce qui explique qu’à un moment donné, quand tels atomes se rencontrent, ils manifestent au grand jour la vie qui était cachée en eux, et font le brin d’herbe, la salade, la libellule, le kangourou et l’être humain. Un assemblage d’atomes déjà vivants capables de rendre compte de la présence de vie sur Terre, le moment venu.

La pensée et la conscience ? C’est pareil. Cette capacité de pensée était déjà présente dans les atomes et elle se manifeste quand des atomes se rencontrent, pour faire un homme ou une femme. Nous les stoïciens nous disons comme vous atomistes, que les atomes ont toujours existé, mais nous pensons qu’ils sont vivants et pensants (en secret). Nous enseignons que la matière est vivante, c’est pourquoi on nous appelle « hylozoïstes(2)». Nous affirmons aussi que cette vie peut se manifester quand certaines conditions sont réunies, nous avons donc soutenu et encouragé l’idée de génération spontanée. (Rappel : Louis Pasteur a démontré en 1861, que la génération spontanée était impossible.) (3).
Les atomistes leur répondent : excusez-nous, mais vous êtes de faux athées, vous êtes des usurpateurs. Car si vos atomes sont éternels, vivants et pensants, vous êtes ce que tout le monde appelle des panthéistes !
Vous n’êtes plus du tout athées, au contraire, vous voyez des dieux absolument partout, dans tout ce qui existe, même dans un nuage, même dans un caillou ou une boule de neige. On est envahi par le divin ! Au secours !

Donc, nous sommes en présence de deux formes de matérialisme radicalement contradictoires qui  se neutralisent mutuellement. Ils se retrouvent néanmoins sur un point commun : les atomes sont éternels. Hélas, ce ne sont pas du tout les mêmes atomes.
Pour vous, les atomes sont-ils vivants ou pas ? Sont-ils intelligents ou pas ?  Deux questions à  poser à chaque matérialiste athée que l’on rencontre, si l’on souhaite engager un dialogue digne de ce nom.
Mais quoi qu’il en soit, il nous faudra analyser s’il est encore possible aujourd’hui d’affirmer que les atomes sont éternels. Le sont-ils ?

(A suivre…)

Brunor

(1) Parménide et l’Être Absolu, voir :  http://www.brunor.fr/PAGES/Pages_Chroniques/25-Chronique.html
Voir aussi la série d’albums Bd : Les indices pensables.
(2) Hylozoïsme : voir : http://www.brunor.fr/PAGES/Pages_Chroniques/09-Chronique.html
(3) Génération spontanée, voir :  http://www.brunor.fr/PAGES/Pages_Chroniques/08-Chronique.html

Illustration. copyrights : Brunor. Le hasard n’écrit pas de messages. Tome 3 ,page 34 de la série :  Les Indices pensables.

Chronique suivante

Chronique précédente...

Index des chroniques

Pour commander cet album : ici

Dans la collection :

Les indices pensables,

nouvel Album (octobre 2012)

La lumière
fatiguée

Scénarios et dessins de Brunor

Albums déjà parus :